Grégoire de Lasteyrie réagit au hashtag #balanceTonMaire

13/10/2018
Hier le hashtag #BalanceTonMaire a traversé les débats publics. Polémique aussi fugace qu'imbécile, elle mérite néanmoins qu’on s’y attarde 2 minutes. Sur la forme d’abord, car comment laisser se faire un parallèle entre ce débat et un fléau sociétal majeur qu’est le harcèlement symbolisé par #balancetonporc… Le choix des mots, volontaire, est fortement critiquable. Et sur le fond, laisser croire aux Français que le problème des finances publiques vient des villes et non de l’Etat est profondément malhonnête. 

Rappelons quelques vérités. Depuis 2014 l’Etat s’est largement dégagé du financement des collectivités de manière unilatérale, tout en continuant à leurs imposer de nouvelles dépenses. On parle de dizaines milliards d’euros. Pendant ce temps, l’Etat a continué à alourdir la dette du pays, année après année. On parle de centaines de milliards d’euros.

Alors à ceux qui s’amusent avec #BalanceTonMaire, je ne vous félicite pas, mais je vous engage à faire quelque chose de courageux, plutôt que de rester caché derrière un écran de smartphone à tweeter : engagez-vous dans la vie locale de vos communes, engagez-vous dans les futures listes municipales, et offrez toutes vos soirées, vos weekends et vos vacances à vos concitoyens, comme le font les 35.000 Maires de France. Et qui eux, forcent mon respect.


Grégoire de Lasteyrie
Maire de Palaiseau
Délégué national de La France Audacieuse

D'autres articles