Jeter l’opprobre sur la police est presque une forme de crime contre la République.

12/06/2020

«Jeter l’opprobre sur la police est presque une forme de crime contre la République», s’insurge Christian Estrosi, maire de Nice et président de la commission consultative des polices municipales.


Alors que plusieurs manifestations ont eu lieu en France, ces derniers jours, pour dénoncer «les violences policières et le racisme», le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a annoncé, lundi, une «tolérance zéro contre le racisme chez les forces de l’ordre».


Des déclarations qui ont semé le trouble chez les policiers comme au sein de la classe politique. «Voyant la tournure des événements et la tension monter semaine après semaine, j’ai le devoir de défendre la police et les policiers de plus en plus blessés, inquiets et jetés en pâture», soutient Christian Estrosi alors que de nouvelles manifestations sont prévues ce week-end.


«J’aime la police autant que je déteste le racisme. Pour moi, il n’y a pas de contradiction dans cette phrase! Les mieux placés pour le combattre sont les policiers», ajoute-t-il. «Il aurait été préférable que le ministre de l’Intérieur consulte les syndicats avant de s’exprimer», juge-t-il.


«Pilier de la République»


Si le maire de Nice se dit «ému» par les images de la mort de George Floyd aux États-Unis, et explique comprendre l’émotion des manifestants en France «quand ils ne font pas acte de violence», il les met en garde contre les amalgames. «N’affaiblissez pas le pilier fondamental de la démocratie et de la République qu’est la police», leur répond-il.


«Je suis de ceux prêts à mettre un genou à terre pour les victimes à l’image de George Floyd mais jamais à lever un poing en l’air contre la police! Il faut être fou ou malhonnête pour mettre sur un pied d’égalité ce qui se passe aux États-Unis et en France», fait-il valoir en rendant hommage aux policiers français. «Ils ont largement contribué à la réussite du confinement», indique-t-il.


Le racisme, ce n’est pas la police qui le génère, c’est le climat d’une société ! - Christian Estrosi


Pour Christian Estrosi, «si un policier qui a failli doit être sanctionné, on ne peut pas acheter la paix sociale sur le dos des policiers. On ne peut pas faire baisser les tensions en faisant des policiers des boucs émissaires». Pour le maire de Nice, «le racisme, ce n’est pas la police qui le génère, c’est le climat d’une société !». Et l’élu de se montrer inquiet: «Je sens un risque de déstabilisation de la police. Or, elle doit être protégée par la République.»


Retrouver l'article de  Marion Mourgue dans le Figaro <



(c) photo afp valery hache

D'autres articles

Réaction au remaniement du Gouvernement - lundi 6 juillet 2020

Dans l’intérêt de la France, nous souhaitons la réussite de ce Gouvernement. Mais pour avoir notre confiance, il devra naturellement faire ses preuves. Les élus et les Maires de La France Audacieuse,...

Municipales 2020 - Communiqué de La France Audacieuse

La France Audacieuse se réjouit de la victoire de nombreux candidats membres ou soutenus par le Mouvement à l’occasion du second tour des élections municipales ce dimanche 28 juin.Le 15 mars dernier a...

«Du bon sens pour la relance!». La tribune d’Arnaud Robinet dans l’Opinion

« En tant que maire d’une grande ville de France, située au carrefour de grands axes stratégiques français, je demande au gouvernement de s’engager auprès des entreprises, une fois le plan de relance...

Dénoncer le racisme et défendre les forces de l’ordre: vive le modèle français !

Huit jours après la mort de George Floyd survenu lors de son interpellation par des policiers américains, le maire de Nice, Christian Estrosi, estime que l’on peut lutter contre le racisme sans combat...

Ségur de la Santé - « Engageons une réforme ambitieuse de l’hôpital public »

Dans une tribune publiée dans Le Parisien du dimanche 24 mai 2020, Christian Estrosi appelle l’Etat à relancer la recherche médicale et l’innovation pour construire l’excellence des soins du futur.« A...